13. Gorse – Ajonc - (Ulex europaeus)

1 aigremoine, 2 tremble, 3 hêtre, 4 centaurée, 5 plumbago, 6 prunier, 7 bourgeons de marronnier blanc, 8 chicorée, 9 clématite, 10 pommier, 11 orme, 12 gentiane, 13 ajonc, 14 bruyère, 15 houx, 16 chèvrefeuille, 17 charme, 18 impatience, 19 mélèze, 20 muscade, 21 moutarde, 22 chêne, 23 olivier, 24 pin, 25 marronnier rouge, 26 hélianthème, 27 eau de roche, 28 scléranthe, 29 ornithogale, 30 châtaigner, 31 verveine, 32 vigne, 33 noyer, 34 violette, 35 marronnier blanc, 36 avoine, 37 églantier, 38 saule, 39 rescue.

L’ajonc dit :

« Je suis persuadé qu'il n'y a plus rien à faire pour moi.  Je veux bien accepter d'essayer différents traitements et d'adopter différentes solutions à mes problèmes mais je n'ai aucune chance d'y trouver un quelconque soulagement.  Je n'y crois plus, je suis résignée.  A quoi bon,  ça ne sert à rien.»

L’ajonc est destiné à la grande désespérance.  Ceux qui ne croient plus qu’il y ait encore quelque chose que l’on puisse faire pour eux.  Ils peuvent se persuader, d’essayer différents traitements, mais ils assurent en même temps leur entourage qu’il n’y a guère de chance pour eux d’y trouver un soulagement.

L’ajonc combat le désespoir profond.  Il convient à ceux qui ont cessé de lutter.  Ces personnes peuvent souffrir d'une maladie chronique et ont appris qu'on ne pouvait plus rien faire d'autre pour les aider.

Parfois ils sont persuadés que leur maladie est héréditaire et donc incurable.  Ils se sentent condamnés à la douleur et à la souffrance et ils n'essaient pas d'aller mieux.

Potentiel après transformation : savoir qu'il ne faut jamais dire jamais.

L'aspect positif de l'Ajonc donne un sentiment de confiance et d'espoir, malgré la présence de problèmes physiques ou moraux.  La personne se sent plus gaie, plus heureuse et elle peut se servir de la maladie comme d'une expérience positive.

Dans les cas moins graves, elle peut se sentir en voie de guérison.  Cette personnalité a besoin d'être stimulée pour se sortir d'un état de pessimisme profond.  

L'ajonc est conseillé en cas de fatalisme, de grand désespoir, de dépression et de terribles désillusions.  Il permet, si l’on se reprend, un changement de perspective intérieure malgré qu’il semble que rien de plus ne peut être fait et qu’il n’y a aucun espoir de soulagement.