19. Larch  - Mélèze - (Larix decidua)

1 aigremoine, 2 tremble, 3 hêtre, 4 centaurée, 5 plumbago, 6 prunier, 7 bourgeons de marronnier blanc, 8 chicorée, 9 clématite, 10 pommier, 11 orme, 12 gentiane, 13 ajonc, 14 bruyère, 15 houx, 16 chèvrefeuille, 17 charme, 18 impatience, 19 mélèze, 20 muscade, 21 moutarde, 22 chêne, 23 olivier, 24 pin, 25 marronnier rouge, 26 hélianthème, 27 eau de roche, 28 scléranthe, 29 ornithogale, 30 châtaigner, 31 verveine, 32 vigne, 33 noyer, 34 violette, 35 marronnier blanc, 36 avoine, 37 églantier, 38 saule, 39 rescue.

Le mélèze dit :

« Rien à dire, rien à faire : les autres sont bien plus capables et meilleurs que moi.  Je m'attends toujours à l'échec.  Dans la crainte de ne jamais réussir, je ne risque rien et je ne fais pas d'efforts pour parvenir à faire avancer les choses. »

La mélèze est destinée à ceux qui se considèrent moins bons ou moins capables que ceux qui les entourent, qui s’attendent à l’échec à ceux qui ont le sentiment qu’ils ne réussiront jamais.  Il ne font pas de sérieux efforts pour y arriver.

Le mélèze s’adresse à ceux qui manquent de confiance en eux, à ceux qui ne veulent même pas essayer car ils sont sûrs d'échouer.  Bien que souffrant d'un complexe d'infériorité, ils admirent sans aucune jalousie ceux qui réussissent.

En fait, ils savent qu'ils possèdent des capacités mais ils refusent de les faire valoir, évitant ainsi tout risque d'échec.  Ils peuvent, par conséquent, se décourager et devenir déprimés.

Cette Fleur de Bach convient également très bien à ceux qui manquent de confiance en eux avant de se présenter à un examen, à une entrevue...

Le potentiel positif du Mélèze se manifeste chez les personnes déterminées, capables, qui ne s'inquiètent pas de l'échec ou de la réussite.  Conscientes de leur propre potentiel, elles s'efforcent de l'exploiter.  Elles sont capables de prendre des initiatives et des risques, et refusent d'accepter que le mot impossible puisse exister.  Elles utilisent judicieusement leur sens critique.

Larch manque de confiance en lui, il se dévalorise, il se culpabilise.  Il est persuadé de l'échec, de ne pas être à la hauteur, de manquer de courage et de persévérance.

Il n’a aucune confiance en lui.  Alors au lieu d'essayer, il préfère baisser les bras en disant "de toute façon, je n'y arriverai pas".  Cet état peut être chronique comme passager.

Potentiel après transformation : le mélèze permet de débloquer les idées limitées que la personne se fait d'elle-même.

Bach choisit cette fleur pour guérir ceux qui sont convaincus de ne pas être capables de réussir.  Ils se croient dans une insécurité profonde qui les pousse à ne pas se risquer dans une tâche qui pourrait les mettre au premier plan.

Avant même de s'apercevoir par eux-mêmes s'ils en ont les capacités et dans la crainte de faire piètre figure, ils se déclarent d'emblée inadaptés, non intéressés par la chose, sûrement moins capables qu'une autre personne.

Larch évitent de toute façon d'entrer en lice.  Ils préfèrent l'ombre d'un cheminement anonyme plutôt que d'être jugés inaptes par les autres, à la suite d'un résultat formel.  Ils n'ose rien.

Bien qu'étant préparés, prêts, ils ne savent pas risquer, ils renoncent en considérant le risque comme quelque chose de terriblement dangereux.

Chez les sujets masculins, l'impuissance d'origine psychologique est un des symptômes.  Ils se retirent de tout effort.  Ils n'y arrivent plus, ne sont plus capables.